Chaque semaine, dans trois hôpitaux publics de la région parisienne, une psychologue et deux médecins reçoivent des hommes et des femmes malades de leur travail. Ouvrière à la chaîne, directeur d’agence, aide–soignante, gérante de magasin…Tour à tour, 4 personnes racontent leur souffrance au travail dans le cadre d’un entretien unique. Les trois professionnels spécialisés écoutent et établissent peu à peu la relation entre la souffrance individuelle du patient et les nouvelles formes d’organisation du travail. A travers l’intimité, l’intensité et la vérité de tous ces drames ordinaires pris sur le vif, le film témoigne de la banalisation du mal dans le monde du travail. Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés est un huis clos cinématographique où prend corps et sens une réalité invisible et silencieuse : la souffrance au travail.

">

Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés

de Sophie BRUNEAU , Marc-Antoine ROUDIL - BE - 2005 - 01h16min

Notez le film
Moyenne

2/5

Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés

de Sophie BRUNEAU , Marc-Antoine ROUDIL - BE - 2005 - 01h16min

Notez le film
Moyenne

2/5

Commentaires (1)

Chaque semaine, dans trois hôpitaux publics de la région parisienne, une psychologue et deux médecins reçoivent des hommes et des femmes malades de leur travail. Ouvrière à la chaîne, directeur d’agence, aide–soignante, gérante de magasin…Tour à tour, 4 personnes racontent leur souffrance au travail dans le cadre d’un entretien unique. Les trois professionnels spécialisés écoutent et établissent peu à peu la relation entre la souffrance individuelle du patient et les nouvelles formes d’organisation du travail. A travers l’intimité, l’intensité et la vérité de tous ces drames ordinaires pris sur le vif, le film témoigne de la banalisation du mal dans le monde du travail. Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés est un huis clos cinématographique où prend corps et sens une réalité invisible et silencieuse : la souffrance au travail.

Commentaires (1)

Inscrivez-vous ou pour poster un commentaire

Lucien Van Acker il y a 2 ans

Le film nous fait témoin d'entretiens entre des professionnels spécialisés et des personnes en arret de travail, souffrant physiquement, psychiquement et socialement des conditions de leur travail. Les dialogues sont intenses, tellement qu'il demande une grande concentration de les suivre. Ils plongent aussi très profondement dans les fondements de l'organisation du travail, dont nous n'avons pas connaissance. Cela m'a mis dans une situation de spectateur, et m'a enlevé une implication que j'aurais pu avoir vu mon expérience en gestion. Dommage; j'aurais aimé pouvoir prendre connaissance sur le terrain des conditions de travail. des personnes et vivre avec eux l'authenticité de leur témoignages.