A partir d’un certain âge, les jours commencent à se ressembler. Mais pour Jeanne et Michel, ce 3 juin ne ressemble à aucune autre journée. Ils ont rendez-vous pour leur pique-nique annuel dans la forêt. La journée est belle. Ils abandonnent l’auto et s’enfoncent dans les bois. Au cours d’une halte, Jeanne s’endort. A son réveil, le soleil est bas dans le ciel et son mari a disparu. L’obscurité gagne peu à peu la forêt.

">

Le Goût des Myrtilles

de Thomas DE THIER - BE - 2014 - 01h30min

Notez le film

Le Goût des Myrtilles

de Thomas DE THIER - BE - 2014 - 01h30min

Notez le film

Commentaires (0)

A partir d’un certain âge, les jours commencent à se ressembler. Mais pour Jeanne et Michel, ce 3 juin ne ressemble à aucune autre journée. Ils ont rendez-vous pour leur pique-nique annuel dans la forêt. La journée est belle. Ils abandonnent l’auto et s’enfoncent dans les bois. Au cours d’une halte, Jeanne s’endort. A son réveil, le soleil est bas dans le ciel et son mari a disparu. L’obscurité gagne peu à peu la forêt.

Equipe du film :
Réalisation
Thomas DE THIER
Assistant réalisation
Manu KAMANDA
Acteurs principaux
Michel PICCOLI , Natasha PARRY , Arno HINTJENS
Directeur de la photo
Virginie SAINT-MARTIN , Philippe GUILBERT
Montage son
Ingo DUMLICH
Mixage
Mathieu COX
Musique originale
Patricia HONTOIR
Costumes
Isabelle DICKES
Producteur
Olivier DUBOIS
Contacts Producteur :
Société
Novak Prod
Adresse
155, rue Philippe Baucq B-1040 Bruxelles
Site internet
novakprod.be
Téléphone
+32 2 - 736 27 62
Fax
+32 2 - 732 16 69
Description
Olivier DUBOIS
Anne Feuillère, Cinergie.be
La dernière aventure De son premier long métrage de fiction, Des plumes dans la tête, Thomas de Thier disait qu'il racontait, plus que la disparition d'un enfant, le deuil de l'enfance. C'était peut-être alors le film de la maturité, après la trilogie du voyage constituée de À la recherche de l'oiseau blanc, Les Gens pressés sont déjà morts et Échographies. Dix ans plus tard, son nouveau film prend des allures de retour en enfance. Dans la vieillesse, c'est du corps, du couple, du monde qu'on tente, sans doute, de faire son deuil. Mais l'enfance, elle, est au bout des doigts. Le goût des myrtilles est un film envoûtant et bouleversant, baigné jusqu'au bout d'une belle superbe, la morgue enfantine qu'il faut peut-être pour aller à la mort comme on part en voyage. Car vieillir, mourir, disparaître, oui, mais que ce soit au moins avec l'appétence de l'enfance, son insatiable curiosité, son inépuisable capacité à s'enchanter. Lire l'article

Commentaires (0)

Inscrivez-vous ou pour poster un commentaire