Le cercle des noyés

de Pierre-Yves VANDEWEERD - BE - 2007 - 01h11min

Notez le film

Le cercle des noyés

de Pierre-Yves VANDEWEERD - BE - 2007 - 01h11min

Notez le film

Commentaires (0)

Quand le plus vieux d’entre nous a compris que notre destination serait le fort de Oualata, il s’est mis à pleurer. Il ne pouvait pas imaginer que des hommes puissent envoyer d’autres hommes aussi loin." (extrait du film) Le Cercle des noyés est le nom donné aux détenus politiques noirs en Mauritanie, enfermés à partir de 1987 dans l’ancien fort colonial de Oualata. Ce film donne à découvrir le délicat travail de mémoire livré par l’un de ces anciens détenus qui se souvient de son histoire et de celle de ses compagnons. En écho, les lieux de leur enfermement se succèdent dans leur nudité, dépouillés des traces de ce passé.
Equipe du film :
Réalisation
Pierre-Yves VANDEWEERD
Scénario
Bâ FARA
Montage
Philippe BOUCQ
Producteur
Anne DELIGNE
Distributeur
Sandra DEMAL
Contacts Producteur :
Société
Cobra Films
Adresse
88, Boulevard Emile Bockstael B-1020 Bruxelles
Site internet
www.cobra-films.be
Téléphone
+32 (0)2 - 544 19 69
Description
Anne DELIGNE & Daniel DE VALCK
Contacts Distributeur :
Société
Gsara asbl
Adresse
26, rue du Marteau 1210 Bruxelles
Site internet
www.gsara.be
Téléphone
+32 2 - 250 13 10
Fax
+32 2 - 217 29 02
Description
Renaud BELLEN
Philippe Simon, Cinergie.be

Le Cercle des noyés de Pierre-Yves Vanderweed
 
Mauritanie 1987. Ils sont noirs et en butte au mépris d’un régime politique qui prétend les ignorer. Forts de leur bon droit, ils luttent contre cette exclusion, résistent et s’organisent. La réaction ne se fait pas attendre. Arrêtés au nom du peuple et de la nation, ils sont mis au secret, battus et torturés. Puis, comme pour éradiquer toutes velléités de rébellion, ils sont déportés à des centaines de kilomètres de leurs familles, dans l’ancien fort colonial à Oualata, en plein désert.Là, ils vont subir la loi meurtrière d’un état d’exception. Privés de tout droit, parqués comme du bétail, affamés et réduits aux pires besognes par des gardiens indifférents, ils ne connaîtront plus que la maladie, la déchéance et la mort. De cette véritable descente aux enfers, inhumaine et totale, quelques-uns vont survivre et recouvrer leur liberté. Rendus à la vie civile, leur quotidien sera de silence et d’oubli comme si ce qu’ils venaient de vivre n’était jamais advenu.
 
pour en savoir plus
Articles du film :
RegardDoc, une série documentaire sur les cinéastes du réel belges francophones, tout l'été sur La Trois !

Commentaires (0)

Inscrivez-vous ou pour poster un commentaire